Profitez de 20% réduction sur tous les packs Sweet Seeds® (+info)

Variétés Autofleurissantes

Nous assistons à l’âge d’or des variétés en autofloraison et ce grâce à une évolution rapide et surprenante. Elles représentent désormais les génétiques les plus populaires tant pour le monde de l’auto-culture que pour celui des professionnels. De plus en plus de cannabiculteurs choisissent les variétés autofleurissantes, rapides et discrètes tout en étant délicieuses.

Lire plus

Runtz XL Auto®
  • Nouveau
Variétés Autofleurissantes

Runtz XL Auto®

28,00 €
Red Gorilla Girl XL Auto®
  • Nouveau
Variétés Autofleurissantes

Red Gorilla Girl XL Auto®

26,50 €
Bruce Banner Auto®
  • Nouveau
Variétés Autofleurissantes

Bruce Banner Auto®

25,00 €
Red Strawberry Banana Auto®
  • Nouveau
Variétés Autofleurissantes

Red Strawberry Banana Auto®

24,00 €
Variétés Autofleurissantes

Sweet Pure Auto CBD®

24,00 €
Variétés Autofleurissantes

Sweet Gelato Auto®

22,50 €
Variétés Autofleurissantes

Sweet Cheese XL Auto®

19,90 €
Variétés Autofleurissantes

Jack 47 XL Auto®

29,90 €
Variétés Autofleurissantes

+Speed Auto

20,90 €
Variétés Autofleurissantes

Big Devil 2 Auto®

25,00 €
Sweet Seeds - Big Devil Auto ®
Semillas listas para enviar
Variétés Autofleurissantes

Big Devil Auto®

19,90 €
Variétés Autofleurissantes

Big Devil XL Auto®

26,50 €
Variétés Autofleurissantes

Black Jack Auto®

24,00 €
Variétés Autofleurissantes

Cream Caramel Auto®

20,00 €
Variétés Autofleurissantes

Cream Mandarine Auto®

23,90 €
Variétés Autofleurissantes

Cream Mandarine XL Auto®

23,90 €
Variétés Autofleurissantes

Crystal Candy Auto®

23,90 €
Variétés Autofleurissantes

Fast Bud 2 Auto®

19,50 €
Variétés Autofleurissantes

Fast Bud Auto®

14,90 €
Variétés Autofleurissantes

Green Poison Auto®

22,50 €
Variétés Autofleurissantes

Green Poison XL Auto®

22,50 €
Variétés Autofleurissantes

Honey Peach Auto CBD®

24,00 €
Variétés Autofleurissantes

Ice Cool Auto®

24,90 €
Variétés Autofleurissantes

Jack 47 Auto®

29,90 €
Variétés Autofleurissantes

Killer Kush Auto

19,90 €

Que sont les variétés en autofloraison ?

Les graines autofleurissantes (que l’on connait également sous le nom de « graines automatiques » ou « graines auto ») produisent des plantes de marihuana qui fleurissent de manière indépendante aux heures de lumière qu’elles reçoivent (la photopériode).
La plupart des variétés de cannabis sont photodépendantes, c’est-à-dire que la floraison commence avec un cycle de jours courts et de nuits longues : il s’agit de la photopériode qui détermine et régule le début de la floraison. Comme le savent les cannabiculteurs d’intérieur, la photopériode régule également la phase de croissance, que l’on peut maintenir indéfiniment avec une illumination artificielle, créant ainsi des jours longs et des nuits courtes.
En revanche, pour les variétés autofleurissantes, l’âge est le facteur déclenchant la floraison. Les variétés en autofloraison que nous proposons chez Sweet Seeds® commencent la floraison quand la plante est âgée de 3 semaines environ, en comptant à partir de l’apparition des cotylédons qui coïncide généralement avec le développement de la 3ème ou 4ème paire de feuilles. C’est pourquoi ces plantes peuvent se cultiver et fleurir tout au long de l’année puisque sa floraison ne dépend ni de la photopériode, ni de la saison.
Ces nouvelles variétés de marihuana en autofloraison sont celles dont la floraison est la plus rapide puisque leur cycle se termine 5 semaines après avoir commencé. Si nous ajoutons à ces 5 semaines les 3 semaines du cycle de croissance, la récolte peut se réaliser deux mois après la germination de la graine.

Les variétés en autofloraison de grande taille

Sweet Seeds® développe des plantes faciles à cultiver, très aromatiques et aux saveurs intenses. Mais nous créons également des variétés à la structure vigoureuse, plus grandes que celles des génétiques en autofloraison originelles, et surtout bénéficiant d’une grande stabilité tout en permettant une production plus importante.

La plupart des projets visant à l’amélioration des plantes en autofloraison sont menés en croisant des variétés commerciales indicas à floraison rapide avec les autofleurissantes, ce qui génère des plantes qui généralement ne dépassent pas un mètre de hauteur. Cette taille réduite était un peu décevante pour certains cannabiculteurs qui réclamaient des autofleurissantes permettant une production plus importante. Suite à ces demandes, Sweet Seeds® s’est efforcé de créer des variétés en autofloraison plus grandes. C’est ainsi que vit le jour la famille Big Devil® et nos variétés autofleurissantes « XL », créées pour satisfaire nos clients cherchant des variétés en autofloraison de grande taille. Ces variétés, cultivées de manière appropriée, dépassent facilement un mètre de hauteur et sont les graines autofleurissantes les plus productives.

Le trait génétique de la grande taille s’est développé en introduisant des gènes à dominante sativa dans la piscine génétique des variétés autofleurissantes.

Les variétés en autofloraison de fleurs pourpres : The Red Family.

En 2013 nous vous présentions nos variétés autofleurissantes à fleurs pourpres, exotiques et superbes, baptisées « The Red Family ». Le plus remarquable de ces variétés est leur incroyable aspect quand les têtes se teignent d’un pourpre obscur une fois à maturité. Les génétiques de The Red Family sont le fruit de l’hybridation, et de la stabilisation postérieure, entre des souches de Sweet Seeds® et une étonnante génétique exotique autofleurissante à fleurs pourpres. La caractéristique pourpre des fleurs est héritée d’une génétique de fleurs pourpres autofleurissantes dont les ancêtres proviennent du Chitral, une région de l’Hindou Kouch pakistanais limitrophe de l’Afghanistan.
Près de 90% des individus de la Red Family prennent des teintes pourpres, mauves ou rougeâtres au niveau des têtes pendant la floraison et c’est parfois également le cas des feuilles. Une fois récoltées et séchées, les têtes virent au pourpre obscur, presque noir.

Les graines en autofloraison en extérieur

La plupart des variétés actuelles autofleurissantes ont héritées de nombreuses caractéristiques des souches de Cannabis ruderalis, originaire de régions à climat froid. Cependant, cela ne garantit pas qu’elles puissent supporter et se développer correctement lors d’un hiver européen.
Les plantes ralentissent leur croissance et la production de fleurs, et parfois l’arrêtent complétement, à cause des jours courts et des températures inférieures à 10ºC. Ces conditions endommagent les méristèmes et les feuilles quand les températures avoisinent les 0ºC. Ce serait d’ailleurs fatal pour les petites autofleurissantes si les températures venaient à tomber sous les 0ºC.
La saison la plus indiquée pour tirer le meilleur parti des variétés autofleurissantes s’étend du printemps à l’automne, quand les températures sont les plus clémentes. Les meilleurs résultats s’obtiendront lorsque les heures de lumière diurne seront les plus importantes.
L’une des questions les plus pertinentes pour les cultivateurs de ces petites plantes à cycle court est la taille idéale des pots. Il n’est pas nécessaire d’utiliser de grands récipients dès le début de la culture puisqu’elles ne développent pas un système de racines étendu. Le mieux, une fois la germination effectuée entre des serviettes (ou avec ta méthode préférée), est de les planter dans un petit pot (de 1 litre par exemple). Nous nous assurons ainsi que les pots ne soient pas humides trop longtemps car l’excès d’humidité et le manque d’oxygène du substrat pendant les premières semaines de croissance peut atrophier les racines. Ceci peut dès lors provoquer des carences, voire des infections fongiques au niveau des racines et à la base du tronc. Il convient de tenir compte que, vu le développement rapide des autofleurissantes, le moindre problème ou stress à ce stade de la croissance aura de graves conséquences quant à la production et à la taille finale de la plante.
Quand les plantules ont plus ou moins 17 jours, nous pouvons procéder au repiquage dans son pot définitif (de 5-10 litres à 20 litres). La transplantation doit s’opérer avec une grande délicatesse et beaucoup de précaution, en veillant à ne point casser ou abimer les racines et en utilisant un substrat identique. On peut en profiter pour placer dans la motte des champignons ou des bactéries utiles à la plante (mycorhizes, Trichoderma, etc.). Il est également possible d’enterrer les troncs des plantules qui auraient trop grandi puisque ces derniers généreront rapidement de nouvelles racines. Une fois ces opérations réalisées, commence le processus de floraison.
Les autofleurissantes de grande taille comme les Big Devil® peuvent se repiquer au début de la floraison dans des pots de 10 litres ou plus.
Si l’on utilise un substrat de qualité, il n’est pas nécessaire d’utiliser des engrais les 15-20 premiers jours de vie des plantes. On peut toutefois avoir recours à un stimulant de racines lors des premiers arrosages afin de fortifier le système radiculaire. Nous pouvons ensuite appliquer des engrais et des stimulants comme dans le cas de n’importe quelle autre plante de marihuana. Afin de maintenir les niveaux de sel idoines du substrat il est intéressant de pratiquer un bon lavage de racines autour de la 5ème ou 6ème semaine. Dans le cas des autofloraisons de grande taille, comme les Big Devil®, ou des génétiques XL, on peut utiliser des engrais de croissance pendant la première semaine de floraison. En effet, la plupart d’entre elles triplent leur taille pendant cette période et il est important qu’elles disposent suffisamment d’azote.

  • Éviter les attaques de champignons : De nombreux cultivateurs en extérieur dans les zones humides, où les plantes sont soumises aux attaques de champignons, cultivent ces variétés également au printemps, évitant ainsi les conditions favorables aux attaques de champignon des mois de septembre et octobre. Ils évitent ainsi que les têtes les plus grandes pourrissent à cause des parasites. De nombreux agriculteurs de zones de haute montagne et de zones froides ont choisis de cultiver ces variétés au printemps-été et obtiennent de très bons résultats.
  • Développement et floraison rapide : Les variétés autofleurissantes complètent rapidement leur cycle vital permettant de récolter des têtes aromatiques et résineuses seulement deux mois après la germination des graines.
  • Discrétion : Leur développement rapide et leur taille modeste en font des plantes rapides et discrètes. Ces caractéristiques intéresseront les usagers résidant dans les régions où les lois sont peu permissives et tolérantes envers l’auto-culture de marihuana.
  • Éviter le vol : La discrétion de ces plantes et le fait que la culture puisse se réaliser à n’importe quelle saison font qu’il est plus difficile pour les voleurs et les yeux indiscrets de les détecter.
  • Absence de contamination lumineuse : La pollution lumineuse n’affecte pas la floraison de ces variétés qui ne dépendent pas de la photopériode alors que l’éclairage public inhibe facilement la floraison des variétés photodépendantes. Cet avantage, allié à leur taille modeste, en font les candidates idéales pour la culture urbaine en balcons ou petits jardins.
Les graines en autofloraison en intérieur

Dans les cas des plantations en intérieur et en lumière artificielle, c’est avec une photopériode de 18 heures que l’on obtient les meilleurs résultats. Cependant, de nombreux cannabiculteurs plantent en intérieur avec de cycles de 20 heures de lumière et 4 d’obscurité et obtiennent d’excellents résultats.
Les conseils quant à la taille des pots et à l’utilisation des engrais sont identiques à ceux détaillés dans le paragraphe de la culture en extérieur.

  • Croissance et floraison rapides : Ces variétés sont sélectionnées pour leur cycle vital court comptant entre 60 et 70 jours de la germination de la graine à la récolte.
  • Économies d’électricité et de travail : Bien que les variétés en autofloraison se cultivent en intérieur avec une photopériode de 18-20 heures de lumière et 4-6 heures d’obscurité pendant l’ensemble du cycle vital de la plante, la surconsommation, comparée aux 12 heures nécessaires à la floraison des photodépendantes, est largement compensée par le mois que l’on gagne en cultivant des variétés automatiques. Les économies pour les cultivateurs en intérieur se mesurent donc non seulement en termes de consommation électrique mais également en travail et engrais.
  • Optimisation de l’espace dans la zone des plantes-mères et des boutures :Les cultivateurs et collectionneurs disposant d’un lieu spécifique pour les plantes-mères et les boutures peuvent également optimiser cet espace avec une photopériode de croissance de 18/6 heures pour la floraison des variétés automatiques.
  • La grande qualité des variétés autofleurissantes : Les nouvelles variétés autofleurissantes n’ont rien à envier aux polyhybrides photodépendants actuels quant à la production de résine, à la vigueur, aux niveaux de cannabinoïdes, à la variété de terpènes ou à densité de fleurs.
De l’origine des variétés autofleurissantes, un peu d’histoire.

C’est dans les régions froides de l’Europe orientale et l’Asie centrale que nous devons chercher les origines de la plupart des génétiques autofleurissantes car elles sont issues des génétiques primitives et sauvages du Cannabis ruderalis (Hongrie, Russie, sud de la Sibérie…). Dans ces régions les plantes sont limitées par les conditions climatiques (hivers longs et froids) et ne disposent que de 3 ou 4 mois favorables à la croissance et la reproduction. L’une des hypothèses est que ce type de variété a développé ce trait d’autofloraison afin de pouvoir fleurir et produire des graines pendant la courte période de climat favorable et perpétuer ainsi son espèce dans ces terres hostiles.
Le Cannabis ruderalis est une sous-espèce du Cannabis sativa. Elle fut décrite et répertoriée pour la communauté scientifique par des botanistes soviétiques (Dmitri Janischewsky) en 1924. Sa faible teneur en THC, et ses pauvres qualités organoleptiques (arôme et saveur), lui vaut d’être considérée initialement comme une mauvaise herbe peu appréciée tant du point de vue médicinal que récréatif. Sa petite sature freine son usage industriel comme la production de fibre et de papier.
Il est possible de trouver des variétés sylvestres proches des ruderalis dans certaines régions où anciennement la culture de cannabis était courante. C’est notamment le cas de la partie centrale de l’Amérique du nord et du Canada, même si l’on trouve quelques colonies sporadiques sur l’ensemble du territoire. Celles-ci ont vécu dans un environnement sylvestre pendant des années, sans la sélection anthropique et ont ainsi perdu de nombreux traits en s’adaptant à leur écosystème sauvage.
Il est possible que les gènes de l’autofloraison puissent se trouver dans la piscine génétique de la plupart des variétés de cannabis. Les variétés ruderalis, et autres autofleurissantes sauvages, pourraient être le résultat d’un processus de sélection naturelle favorisant la caractéristique de floraison précoce au sein des populations de Cannabis indica. Un consensus se forme autour du fait que toutes les variétés de cannabis, tant domestiques que sauvages, sont issues des mêmes gènes et il est donc tout à fait possible que de nombreuses variétés conservent les gènes de l’autofloraison au sein de leur piscine génétique.
Chez Sweet Seeds®, après avoir observé le type d’héritage révélé par le caractère d’autofloraison, nous pensons qu’il est envisageable que les gènes d’autofloraison soient des gènes « endommagés » de floraison qui ne peuvent remplir leur rôle lorsque les heures de lumières se réduisent.
C’est à partir des années 70 que certains pionniers de la culture du cannabis observent le potentiel caché des variétés autofleurissantes et commencent à les croiser avec des variétés de marihuana disposant d’un fort taux de THC. Ils souhaitent ainsi mettre à profit ces caractéristiques à floraison rapide, de petite taille, s’acclimatant parfaitement aux zones froides et résistant aux insectes et maladies endémiques. Les premiers programmes d’amélioration sont lancés afin d’introduire ces caractéristiques à des variétés au taux de THC élevé et à l’arôme agréable.
Les premières expériences documentées de croisement entre variété ruderalis et variétés à un fort taux de THC furent conduites par Ernest Small, de Agriculture Canada dans l’Ontario, dans les années 70.
C’est pendant la décennie suivante que le fameux cultivateur de cannabis Neville, pionnier et propriétaire de la légendaire Seed Bank expérimenta les croisements entre ruderalis et certaines variétés comme les mexicaines, la Skunk #1 et diverses variétés indicas. Certains de ces croisements arrivaient à maturité bien plus vite que les mexicaines classiques, mais présentaient un contenu moindre de THC et se révélaient passablement instables quant à la période de floraison et à la relation calices-feuilles des têtes.
C’est également pendant ces années qu’un cannabiculteur d’extérieur anonyme, établi dans les îles du golfe de Colombie Britannique (Canada), observa que parmi sa variété de cannabis photodépendante qu’il cultivait depuis des années et qu’il récoltait en octobre, apparaissaient chaque année quelques individus qui arrivaient à maturité fin juillet ou début août. Après plusieurs années de sélection, il obtint une souche qui conservait le trait de l’autofloraison tout en conservant les effets et les arômes de sa chère variété d’origine. C’est ainsi que naquit la Mighty Mite.
Elle se convertit rapidement en une plante très populaire permettant aux agriculteurs canadiens de récolter avant l’été et l’arrivée des champignons. De même, dans les régions nordiques, elle supplanta de nombreuses indicas rapides et acclimatées aux régions froides. Dernièrement, cette variété a été utilisée par des cultivateurs d’intérieur qui l’ont hybridée avec des variétés plus puissantes.
La première variété de Sweet Seeds® que nous avons présenté en 2009 fut la Speed Devil Auto®. Nous l’avons travaillé à partir d’une population de graines autofleurissantes canadiennes, reçues dans le cadre d’un échange, soumises à de nombreuses générations de sélection. Il est plus que probable qu’elle soit apparentée à la fameuse et primitive Mighty Mite.

Sweet Seeds® et le développement des génétiques modernes autofleurissantes.

En tant que cultivateurs de Sweet Seeds®, nous sommes consommateurs et collectionneurs de génétiques. C’est-à-dire que nous recherchons et sélectionnons les meilleures génétiques dont nous croisons le chemin afin de les préserver, de pouvoir en bénéficier aujourd’hui, demain et le reste de notre vie. De plus, nous sommes convaincus que dans 200 ans les générations futures profiteront de notre travail et cela nous passionne. Les critères qui nous permettent de sélectionner les meilleures plantes-mères sont plus liés aux qualités intrinsèques de la plante qu’à son origine ou son pédigré.
Nous utilisons des méthodes de culture aussi bien traditionnelles qu’actuelles comme l’inversion de sexe pour les plantes femelles afin d’obtenir des populations 100% autofleurissantes et féminisées à 99,99%.
Sweet Seeds® est un pionnier au sein des banques de graines quant à la création et l’amélioration de variétés modernes et féminisées de graines autofleurissantes. Nous avons cru en ces nouvelles génétiques dès que nous avons eu accès aux premières graines autofleurissantes.
C’est en 2007 que nous commençons les premières expériences avec les graines en autofloraison. Les cultivateurs de Sweet Seeds® comprennent rapidement l’immense potentiel que recèlent les caractéristiques autofleurissantes de ces petites et rapides plantes de cannabis. Nous avons commencé par croiser ces autofleurissantes primitives avec notre banque de clones sélectionnés afin d’obtenir des plantes 100% en autofloraison, avec les niveaux de cannabinoïdes et les arômes de nos chers clones d’élite.
En 2009 et 2010 nous présentions la première génération de ce type de variété en autofloraison de Sweet Seeds®. Ce furent la Speed Devil Auto®, Fast Bud Auto® et la Big Devil Auto®, toutes trois un grand succès pour notre banque de graines.
La Speed Devil Auto® fut la première plante autofleurissante à gagner le premier prix d’un concours, à la grande surprise de la scène cannabique. Le jury de la I coupe de la Marina Baixa (Alicante 2010) décerna le prix à la meilleure plante à un échantillon de notre variété Speed Devil Auto® qui était en compétition avec d’autres variétés photodépendantes comme la Jack Herer, White Widow, Diesel et d’autres plolyhybrides féminisés.
Une autre variété autofleurissante de Sweet Seeds®, la Fast Bud Auto®, obtint le premier prix lors de la 1ère Cannabis Cup Nature Grow. Il s’agit donc de la deuxième variété autofleurissante à obtenir un premier prix en concours, cette fois au sein d’une catégorie spéciale pour les variétés en autofloraison.
En 2014, la revue Soft Secrets décerna à la famille Big Devil® le prix « Auto de l’année », premier prix pour les variétés en autofloraison cette revue internationale spécialisée du monde cannabique. Cette même année la plus récente de nos Big Devil®, la Big Devil XL Auto®, obtint le premier prix lors de la III Coupe Cannabique Expogrow Irún 2014.
Ces trois premières variétés en autofloraison vont servir de base génétique pour introduire les gènes de l’autofloraison au sein des générations autofleurissantes suivantes de Sweet Seeds® en les hybridant avec des clones d’élite photodépendants. Les générations suivantes d’autofleurissantes sont le fruit des programmes de développement destinés à introduire et stabiliser le trait de l’autofloraison au sein de certaines de nos meilleures génétiques Sweet Seeds®.
Les variétés autofleurissantes sont arrivées sur la scène cannabique avec la ferme intention d’y rester, réclamant leur place au sein du panthéon des variétés de cannabis..

Que représentent les « générations » qualifiant les autofleurissantes de Sweet Seeds® ?

Les attributs des diverses générations de génétiques (3G, 4G, 5G, etc…) ne se réfèrent pas aux générations de descendants stricto sensu sinon aux sauts générationnels associés à une amélioration génétique. Le saut générationnel se produit chaque fois qu’intervient une amélioration qualitative significative. Cela se doit normalement à l’hybridation avec un nouvelle génétique photodépendante de grande qualité, qui sépare, génétiquement parlant, les nouvelles souches autofleurissantes de leurs ancêtres du Cannabis Ruderalis.
Chaque fois que nous croisons une génétique autofleurissante avec une photodépendante nous regroupons 50% de la génétique de chaque parent. Ceci signifie que chaque croisement réduit de 50% la part de la génétique primitive de Cannabis Ruderalis puisque le parent autofleurissant ne cède à son fils que la moitié de la charge génétique.
En ce qui concerne la première génération d’autofleurissantes que nous utilisons chez Sweet Seeds® comme point de départ pour introduire les gènes de l’autofloraison, elle pourrait contenir un 25% de génétique de Cannabis Ruderalis (il s’agit d’une estimation puisque nous ne pouvons pas en être sûr à 100%).
Les hybrides issus des croisements entre ces génétiques et nos clones d’élite de notre banque de plantes-mères ne conservent que 12,5% de la génétique de Cannabis ruderalis. Nous appelons dès lors ces nouvelles génétiques comme 2G (deuxième génération) puisque le saut génétique est suffisamment important par rapport à la première génération qui ne possède que 25% de Cannabis ruderalis.
Ainsi les variétés 3G contiennent 6,25%, les 4G 3,125, les 5G 1,562% et ainsi de suite. Chaque fois que nous croisons une autofleurissante de dernière génération avec un clone d’élite photodépendant, nous réduisons la quantité de génétique de Cannabis ruderalis présente au sein de l’hybride obtenu de 50%.
Aujourd’hui, la part de Cannabis ruderalis restante au sein des variétés autofleurissantes de Sweet Seeds® est extrêmement réduite et se limite aux gènes de l’autofloraison et au cycle vital rapide.

La Ré-évolution génétique des autofleurissantes

Avec l’arrivée des variétés autofleurissantes, les cultivateurs de cannabis se sont vu obligés à revenir à la culture par populations de graines puisque ces variétés, de par leur condition autofleurissante, ne permettent pas de sélectionner et de maintenir des clones d’élite.
Comme cultivateurs de Sweet Seeds®, nous travaillons sans relâche toutes nos variétés automatiques, créant ainsi un processus évolutif constant. C’est une obligation afin de pouvoir sélectionner pour chaque génération les meilleurs individus qui seront les parents de la génération suivante. La sélection au sein de chaque génération est indispensable pour éviter les éventuelles dérives génétiques indésirables compte tenu de la grande variabilité génétique du cannabis en général et des variétés actuelles en autofloraison en particulier.
Les génétiques photodépendantes sont beaucoup plus stables au fil des ans car nous utilisons des clones d’élite sélectionnés pour produire la graine commercialisée. Lorsqu’il s’agit de produire des graines féminisées, 99% des cultivateurs utilisent des clones d’élite, qui sont toujours les mêmes pour chaque variété, et non des populations de graines. Utiliser toujours les mêmes clones permet d’obtenir des résultats prévisibles et de les répéter. Les seuls cas où le cultivateur peut substituer l’un des parents et lorsqu’il trouve un clone d’élite capable de céder de meilleures caractéristiques tout en respectant les traits de la variété, ce qui n’est pas chose commune. L’inconvénient lorsque l’on utilise toujours les mêmes parents est que les populations de graines n’évoluent pas, ni se détériorent, elles maintiennent les mêmes fréquences géniques.
En revanche, les cultivateurs qui travaillent avec des génétiques en autofloraison ne peuvent conserver les meilleurs exemplaires en utilisant des clones ce qui induit une tâche constante de sélection parentale tant pour le programme d’amélioration et de culture que pour la production de graines commerciales. C’est pourquoi, selon les parents choisis, ces populations peuvent souffrir une dérive génétique et la graine commerciale ne peut pas maintenir la fréquence génique.
C’est pourquoi ces populations de graines autofleurissantes se maintiennent en constante évolution. Le travail de culture de ces génétiques n’en est que plus captivant et propre au cultivateur qui a la possibilité de réaliser une pression sélective pour conduire la population de graines vers les caractères qu’il a choisi.
A notre avis, deux raisons majeures peuvent expliquer l’amélioration des génétiques en autofloraison depuis les souches primitives de Cannabis ruderalis jusqu’au autofleurissantes de dernière génération. Tout d’abord, le fait de travailler avec des populations de graines, et de maintenir une pression sélective vers les caractères les plus recherchés, oblige la population à évoluer continuellement tant que la diversification de sa piscine génétique le permet. La seconde raison a trait à l’usage des meilleurs clones d’élite photodépendants, issus de décennies de sélection, pour l’hybridation des souches sélectionnées de graines autofleurissantes.

La création de nouvelles variétés autofleurissantes et l’héritage du caractère d’autofloraison

Dès que les cultivateurs de Sweet Seeds® se sont rendu compte du grand potentiel de l’autofloraison, nous avons commencé à croiser ces variétés en autofloraison avec nos meilleurs clones d’élite photodépendants afin d’obtenir des plantes à floraison automatique tout en respectant la qualité de nos chères plantes-mères photodépendantes. Les nouvelles variétés autofleurissantes se sont donc créées en hybridant les génétiques autofleurissantes avec les clones d’élite photodépendants sélectionnés parmi notre banque de plantes-mères.
L’objectif principal lors d’une hybridation d’une génétique autofleurissante avec un clone d’élite photodépendant est d’obtenir le caractère d’autofloraison pour l’ensemble de la population hybride. Ceci est relativement simple vu que le caractère se comporte comme s’il ne dépendait que d’un seul gène et fait preuve d’une hérédité mendélienne caractéristique. Le caractère de l’autofloraison étant récessif, nous n’obtiendrons aucun individu en autofloraison à la première génération. Il faudra donc reproduire cette génération avec elle-même afin d’obtenir 25% d’individus en autofloraison. En croisant ces derniers entre eux, nous obtiendrons une troisième génération de descendants avec 100% des individus en autofloraison.
La sélection des parents des graines autofleurissantes se réalise pour chaque génération et commence dès la germination de la graine. Une fois au stade de plantules, nous éliminons toutes celles qui présentent des malformations ou des défauts. Le processus continue pendant la croissance en éliminant tous les individus qui ne présentent pas les caractères recherchés. En faisant de même pendant la floraison, nous devons obtenir les exemplaires les plus productifs, aromatiques, résineux et, somme toute, le groupe de plante qui réunit les caractères agronomiques, organoleptiques et de chémotype conformes aux objectifs recherchés.
Lorsque nous réalisons chez Sweet Seeds® ces hybridations afin d’introduire le caractère d’autofloraison au sein d’une nouvelle génétique photodépendante, nous utilisons généralement comme donneur de pollen les meilleurs individus d’une population féminisée de plantes autofleurissantes. Nous changeons leur sexe pour obtenir des fleurs mâles et, comme récepteur de pollen, nous utilisons le clone d’élite auquel nous souhaitons introduire les gènes de l’autofloraison.
La culture de variétés automatiques de Sweet Seeds® se réalise sans mâles, même si nous avons utilisé de manière ponctuelle pour nos premiers programmes de sélection et amélioration de nos premières variétés autofleurissantes des graines régulières (qui produisent mâles et femelles). Désormais, les récepteurs de pollen sont toujours des femelles et les donateurs de pollen des femelles auxquelles nous avons changé le sexe. Ce type de croisements produit des populations de graines féminisées également appelées lignes gynoiques. Cette technique garantit un taux de féminisation très élevé avec des cas extrêmement rares d’hermaphrodisme.
Cependant, toutes les variétés de cannabis, et tous les individus d’une même variété, ne répondent pas correctement à la technique d’inversion de sexe. Il s’agit toutefois d’un avantage majeur pour le cultivateur qui souhaite obtenir une graine commerciale autofleurissante et féminisée car, une fois le programme mené à son terme, les graines restantes réagissent positivement à l’inversion de sexe. En revanche, si l’on utilise des femelles et des mâles (graines régulières) pour ce protocole, on risque, dans certains cas, une mauvaise réponse à l’inversion de sexe et une production de pollen très faible, voire nulle. En travaillant pendant tout le processus avec des femelles inversées comme donneuses de pollen, on effectue une pression sélective, une génération après l’autre, sur les individus qui ont répondus positivement à l’inversion de sexe et qui produisent un pollen viable et abondant. La transmission de ces caractères de génération en génération permet d’obtenir une bonne réponse à la technique d’inversion de sexe.

Fin

Si tu es arrivé à ces phrases en lisant depuis le début, nous te souhaitons de douces et agréables récoltes. Nous en profitons pour te rappeler que le cannabis est une plante magique ayant évolué par la main de l’Homme depuis des temps immémoriaux et qui rend généreusement tous les soins que les humains peuvent lui prodiguer.

Produit ajouté à la liste de souhaits
Produit ajouté au comparateur.