Tout sur l’irrigation de la marijuana

Irrigation du cannabis

L’une des questions récurrentes que vous nous posez sur les réseaux sociaux concerne l’arrosage des plants de marijuana : quelle quantité, quelle fréquence et quelle eau utiliser.

L’arrosage est, bien entendu, fondamental pour la santé et la croissance des plantes et son volume augmente au fur et à mesure de leur développement.

Le cannabis est une plante dont les besoins en eau sont élevés mais qui tolère mal les excès. Il est donc très important de connaître la bonne façon et le bon moment pour arroser vos plantes.

Commençons par l’essentiel :

Qu’est-ce que l’arrosage ?

L’arrosage consiste en répandre de l’eau sur le sol, ou la surface du substrat, afin de rafraîchir, nettoyer, hydrater la terre et nourrir la plante.

Répandre de l’eau ne signifie pas inonder le pot ! Une fois ce point éclairci, entrons dans le vif du sujet de l’arrosage des cultures de marijuana.

Premier point : quelle eau utiliser pour l’arrosage ?

Beaucoup de producteurs se posent cette question.

Il y a différentes options et toutes sont valides si nous en faisons bon usage.

Les options sont les suivantes :

    Eau pour l'irrigation

  • 1.- L’utilisation de l’eau du robinet peut être, a priori, l’option la plus économique et la plus facile. Cependant, à long terme, elle peut devenir coûteuse à cause facteurs comme le chlore, le calcium, le magnésium et autres éléments comme les bactéries présents dans l’eau courante.

    Comment résoudre ce problème ? Vous pouvez mélanger l’eau du robinet avec 70% d’eau distillée afin d’atténuer la part des substances nocives émanant de l’eau courante. De plus, il est important de laisser l’eau respirer dans un récipient ouvert pendant au moins 24 heures afin que le chlore (ou la majeure partie de clui-ci) puisse s’évaporer.

    Si vous choisissez cette option, il est impératif de vérifier le pH et les niveaux d’EC de l’eau pour vous assurer qu’ils conviennent à l’irrigation.

    Il est important que l’eau que nous apportons à nos plantes soit la plus propre possible.

  • 2.- D’autres producteurs préfèrent utiliser l’eau de pluie. Une fois recueillie, elle doit être stérilisée afin d’éliminer les bactéries, champignons et autres éléments nocifs qu’elle contient. Comment la stériliser ? Il suffit de la porter à ébullition.

    En faisant bouillir l’eau de pluie, vous éliminez les microorganismes qu’elle héberge. Ensuite, en la filtrant, vous éliminerez le reste des bactéries, champignons, etc. Elle est alors prête pour l’arrosage.

    Attention ! N’oubliez pas qu’il existe des différences entre l’eau du robinet et l’eau de pluie. Cette dernière est plus acide, son pH varie entre 5,5 et 5,6 car il est en contact permanent avec le dioxyde de carbone de l’air et peut être beaucoup plus polluée que l’eau du robinet.

    Si vous choisissez cette option, n’oubliez pas de mesurer également le pH et l’EC de l’eau.

  • Types d'eau pour l'irrigation

  • 3.- 3. Une autre alternative est l’eau osmosée ou minérale. Les deux options ne nécessitent pas manipulation particulière car ce sont des eaux filtrées et stérilisées, prêtes pour l’arrosage. De plus, leur pH est compris entre 6 et 6,5, ce qui est un bon score !

    Vous pouvez maintenant choisir le type d’eau que vous préférez pour votre culture. N’oubliez pas, quelle que soit l’option choisie, de mesurer son pH afin de vous assurer qu’il soit compris entre 6 et 7.

Deuxième point : comment effectuer un bon arrosage ?

Arroser les plants de marijuana

  • Arroser de façon contrôlée : le plus sain pour votre plante consiste en un équilibre entre la sécheresse et l’humidité du substrat. Si la terre est mouillée, laissez-la sécher un peu plus longtemps. La plante de marijuana est une plante forte, capable de résister quelques jours à un substrat trop sec avant de l’arroser à nouveau. En respectant ce cycle « sec-humide-sec » on conservera des racines saines.

  • Vérifiez les niveaux de pH et d’EC : il est très important de connaître la concentration en sels de l’eau que vous allez utiliser pour l’arrosage. L’EC permet de mesurer la quantité d’engrais dissous dans l’eau : calcium, chlore… etc. C’est un contrôle nécessaire permettant de définir un régime alimentaire approprié pour votre plante afin de ne provoquer ni carences, ni saturations. Les valeurs d’EC recommandées se situent entre 0,4 et 0,8.

  • Arrosez correctement, lentement et avec soin : vous ne devriez pas être pressé d’arroser votre plante de cannabis. Arrosez en petites touches plutôt qu’en grandes quantités, laissez respirer votre plante et NE LA NOYEZ PAS !

    D’autre part, il est préférable d’arroser la nuit, surtout sous un climat chaud. En arrosant de jour les racines pourraient tomber malades et développer des champignons.

    En revanche, sous un climat tempéré, l’importance est moindre puisque la température sera toujours optimale pour irriguer la zone racinaire. La température optimale est comprise entre 18 et 24ºC sous nos latitudes.

Troisième point : apport d’eau pendant la germination

La germination n’implique pas un arrosage en tant que tel. Les graines germent entre des serviettes de papier humidifiées. Elles ne doivent pas être trempées sans quoi des bactéries se développeront et les graines pourriront.

Une fois que vous observez la première racine sortir de la graine (environ 1 cm), humidifiez le substrat avant de planter la graine à l’endroit où elle commencera son cycle de croissance.

Arrosage en phase de croissance

Au cours de la croissance, ou phase végétative, soyez attentifs aux points suivants :

  • Vérifiez que le substrat n’est pas inondé : avant d’arroser votre plante de marijuana, assurez-vous que le sol n’est pas trempé. En cas d’excès d’eau, les racines de votre plante manqueront d’oxygène et développeront un risque d’infection bactérienne.
  • Maintenir système racinaire fort : ce n’est possible que si vous arrosez fréquemment, mais pas quotidiennement.

Ces deux facteurs sont très importants pour maintenir un substrat aéré et permettre à la plante de respirer.

Arrosage en phase de floraison

Une fois que la plante entre en floraison, son système racinaire est bien développé et fort. Il est donc nécessaire d’arroser plus fréquemment et de maintenir une certaine humidité.

À ce stade, la plante de cannabis est plus grande et nécessite plus d’eau.

Comment mesurer la quantité ?

Chaque plante est unique et la quantité idéale dépendra de multiples facteurs tels que sa taille, le type de substrat, le pot… Afin que vous ayez un ordre d’idée, une bonne moyenne pour les quatre premières semaines de floraison dans un pot de 10 litres est de 0,25 à 0,5 l d’eau par jour.

Les premières semaines de floraison, la plante aura besoin d’absorber plus d’eau à cause de l’effort qu’elle produit. À partir de la cinquième, on peut réduire les quantités car le substrat sera plus humide.

En fin de floraison, les racines se sont déjà détériorées et elles n’absorbent pas aussi bien l’eau ou les nutriments. C’est pourquoi la terre restera humide plus longtemps.

Irrigation de marijuana

Arrosage pendant la récolte

Avant la récolte il est important de procéder à un bon lavage de racines. Ce processus consiste en un apport d’eau uniquement (sans engrais) les deux semaines précédant la récolte. Nous éliminerons ainsi les nutriments encore présents dans le substrat afin que la plante finisse de consommer les substances qu’elle stocke.

De plus, la plante en fin de floraison n’aura pas besoin d’autant d’eau et il faudra réduire les quantités.

Dans le cas d’un excès d’irrigation on risquera l’apparition de moisissures dans les fleurs. Pour finir voyons un cas un peu spécial, les plantes autofleurissantes.

Arrosage des plantes autofleurissantes

Il faudra prendre en considération leur taille plus modeste et leur rythme de croissance accéléré pour ajuster l’arrosage. La floraison commence à partir de la troisième semaine et le contrôle des apports d’eau est essentiel pour permettre une croissance saine et forte.

Si nous arrosons trop, nous pouvons causer un stress et courir le risque que la plante reste plus petite que la normale. Pour éviter ce problème, il convient d’arroser en petites quantités sans tremper le substrat.

En guise de conclusion, voici un résumé des erreurs les plus courantes à éviter lors de l’arrosage :

  • Utilisation de dessous de pots : les racines peuvent pourrir et affecter le développement de la plante.
  • Température de l’eau : Een été, l’eau que vous laissez au soleil et qui est chauffée ne doit pas être utilisée pour arroser vos plantes et, en hiver, la température idéale recommandée pour l’arrosage doit être entre 18º et 20º. Ni trop froide ni trop chaude !
  • Les pots en terre cuite : sont à éviter pour la culture du cannabis car ils sont plus lourds que les pots en plastique et, par conséquent, il est plus difficile de vérifier s’il y a encore de l’eau dans le substrat.
  • Arrosage quotidien : il n’est nécessaire d’arroser tous les jours que dans des situations très spécifiques, comme une culture en plein air dans la phase la plus chaude de l’année si le substrat sèche en 24 heures.

Conclusion

Maintenant que vous connaissez les différents types d’eau, le rôle de l’arrosage à chaque étape de la culture et les erreurs les plus courantes nous vous souhaitons de belles cultures !

Douces fumées de Sweet Seeds® !

Sweet Seeds S.L. n’est pas responsable de la mauvaise utilisation des informations contenues dans cet article. La culture du cannabis peut constituer une infraction pénale ou un délit administratif, veuillez vous référer à la législation sur le cannabis de votre lieu de résidence. Sweet Seeds S.L. n’a en aucun cas l’intention d’inciter à des pratiques illégales.

 

Texto: @Sweet Seeds®