Profitez de 20% réduction sur tous les packs Sweet Seeds® (+info)

Graines The Red Family

The Red Family est une collection innovante de variétés de marijuana à fleurs rouges dont beauté exotique saura vous captiver. Une fois les têtes à maturité, elles vireront au rouge, pourpre ou bleu.

Lire plus

Red Gorilla Girl XL Auto®
  • Nouveau
Variétés Autofleurissantes

Red Gorilla Girl XL Auto®

26,50 €
Red Strawberry Banana Auto®
  • Nouveau
Variétés Autofleurissantes

Red Strawberry Banana Auto®

24,00 €
Graines photodépendantes

Red Mandarine F1 Fast Version®

24,00 €
Variétés Autofleurissantes

Black Cream Auto®

21,90 €
Variétés Autofleurissantes

Bloody Skunk Auto®

19,90 €
Variétés Autofleurissantes

Dark Devil Auto®

24,90 €
Variétés Autofleurissantes

Devil Cream Auto®

22,90 €
Variétés Autofleurissantes

Red Poison Auto®

22,50 €
Variétés Autofleurissantes

Red Pure Auto CBD®

24,00 €
Graines photodépendantes

Red Hot Cookies®

24,00 €
Graines photodépendantes

Tropicanna Poison F1 Fast Version®

22,50 €

Près de 95% des individus de The Red Family prennent des teintes colorées (pourpres, rouges ou bleutés) en fleurissant. Une fois séchées, les têtes deviennent très obscures, d’un rouge-pourpre quasiment noir.

Les anthocyanes ou l’origine des teintes rouges, pourpres et bleutés

La plupart des têtes de cannabis sont d’un vert plus ou moins vif pouvant virer au jaune. Cependant, les variétés de The Red Family échappent à cette règle et prennent des tons rougeâtres, pourpres ou bleutés. Si les adjectifs redpurple et blue suscitent la curiosité des cultivateurs, la couleur du cannabis ne se limite pas à des considérations esthétiques mais sont l’expression de toute une gamme de molécules très spéciales, les anthocyanes. Ces dernières interviennent dans la coloration de nombreux fruits obscurs et d’une bonne partie des teintes automnales.

Les couleurs que prennent les plantes de la collection The Red Family pendant la floraison se doivent aux nombreux anthocyanes qu’elles contiennent (du grec anthos, la fleur, et kyaneos, substance d’un bleu sombre). Ce sont les pigments hydrosolubles à l’origine des teintes rougeâtres des feuilles, fleurs et troncs des plantes de cannabis.

Plusieurs centaines d’anthocyanes sont identifiés, couvrant une gamme étendue de couleurs : malvidine (pourpre), flavone (jaune), delphinidine (bleu), cyanidol (violet), pélargonidine (rouge-orange). Les combinaisons de ces anthocyanes au sein d’un même tissu provoquent une énorme variation de teintes et d’intensités.

Les anthocyanes sont présentes chez les plantes supérieures dans leurs tissus (feuilles, troncs, racines, fleurs et fruits). Dans le cas du cannabis, on en retrouve très peu dans les racines ou les graines mais elles peuvent représenter jusqu’à 2,5% du poids sec.

On peut extraire des résines pourpres et rougeâtres à partir des têtes de plantes à fleurs rouges. Les anthocyanes à l’origine de la couleur rouge de la tête sont également présents à l’intérieurs des glandes contenant la résine (trichomes) et permettent des extractions d’une beauté inégalable.

De manière générale, les fruits et légumes aux couleurs obscures, comme les prunes, les mûres, les raisins, les myrtilles, les cerises, les aubergines ou les choux rouges, sont riches en anthocyanes.

Ces dernières appartiennent au groupe des flavonoïdes (du latin flavus : jaune) qui sont une série de métabolites secondaires des plantes. Les flavonoïdes se divisent en quatre classes : flavonoïdes, isoflavonoïdes, néoflavonoïdes et anthocyanes.

Les flavonoïdes ont plusieurs fonctions selon l’espèce de plante à laquelle ils appartiennent :

    • Protection des tissus des radiations ultraviolettes.
    • Création de saveurs amères afin que les herbivores ne s’alimentent pas de la plante.
    • Diffusion d’arômes appétant afin que les herbivores vecteurs de la dispersion des graines s’intéressent aux fruits.
    • Attirer les insectes pollinisateurs.
    • Contrôler le transport de l’hormone auxine.
    • Combattre l’attaque de certains champignons.

Cependant, toutes les couleurs qui ne sont pas vertes ne trouvent pas leurs origines dans les anthocyanes. Les variétés qui ne présentent pas de tons rougeâtres revêtent souvent des couleurs dorées, jaunâtres ou orangées en fin de floraison grâce aux caroténoïdes. Ce sont des pigments présents naturellement dans les tissus de la plante mais qui demeurent cachés par le vert intense de la chlorophylle. C’est pourquoi les feuilles deviennent jaunes lorsqu’elles perdent leur chlorophylle, révélant les caroténoïdes.

Le processus est différent dans le cas des anthocyanes puisque la plante les sécrète en fin de cycle, une fois la floraison complétée et lorsque les jours raccourcissent. Durant cette étape la plante de cannabis diminue sa production de chlorophylle et concentre son énergie sur la production de fleurs et de graines mais aussi d’anthocyanes. Parallèlement la chlorophylle disparaît révélant les tonalités induites par les anthocyanes comme par d’autres pigments. Il est possible que les anthocyanes fortifient la plante lors de son vieillissement, la protègent des dommages causés par les radiations ultraviolettes et éloignent les herbivores pendant que les graines mûrissent.

Propriétés médicinales des anthocyanes

Les flavonoïdes en général, et les anthocyanes en particulier, ont suscité l’intérêt des scientifiques par leurs propriétés pharmacologiques et thérapeutiques. Lors d’expériences in vitro certaines propriétés antioxydantes, antiallergiques, antibiotiques, anti-inflammatoires, neuroprotectrices et anticancérigènes ont été mises au jour.

Les flavonoïdes pourraient nous protéger des actions des radicaux libres (molécules oxydantes), des radiations ultraviolettes, de la pollution atmosphérique et de nombreuses autres sources de contamination. Suite aux observations réalisées en laboratoire, la consommation de flavonoïdes pourrait réduire les risques de développer un cancer, soulager les symptômes allergiques, soulager l’arthrite, réduire le cholestérol, stimuler l’activité cardiaque, améliorer la circulation, prévenir des maladies cardio-vasculaires, protéger le foie, combattre le vieillissement, les diabètes et l’obésité. Cette liste de propriétés bénéfiques n’est pas exhaustive mais il faudrait toutefois mener de plus amples recherches afin de s’en assurer.

Les régimes riches en végétaux doivent en grande partie leur succès aux flavonoïdes que nous ingérons. Certains aliments particulièrement riches en anthocyanes, comme les myrtilles, les baies de goji ou les mûres, sont très prisées pour leurs propriétés antioxydantes.

Certaines études réalisées avec des rats ont montré que les anthocyanes peuvent traverser la barrière hémato-céphalique et atteindre les zones du cerveau en charge de l’apprentissage et de la mémoire. Il est possible que la présence d’anthocyanes puisse influencer les effets cannabiques sur la mémoire à court terme en les améliorant ou les atténuant.

Les flavonoïdes présents dans le cannabis

Pas moins de 23 flavonoïdes et anthocyanes ont été identifiés dans le cannabis et l’on sait que leurs propriétés pharmacologiques sont présentes dans la vapeur ou la fumée. Les scientifiques utilisent le terme « effet d’entourage » pour se référer aux effets pharmacologiques liés à la combinaison de plusieurs principes actifs de la plante. Si les cannabinoïdes, et principalement le THC, sont les responsables des effets de la plante, les terpènes et les flavonoïdes ont un rôle prépondérant et pourraient même expliquer les grandes différences d’effets entre des variétés distinctes mais présentant des proportions comparables de cannabinoïdes. Certaines anthocyanes présentent des affinités sélectives avec les récepteurs du système endocannabinoïde du corps humain (unions avec les récepteurs CB1 et CB2).

Les principaux flavonoïdes présents dans le cannabis sont :

  • Apigénol : sédatif, anxiolytique, anti-inflammatoire, pourrait prolonger l’effet du THC. Point d’ébullition : 178ºC.
  • Cannflavine A : anti-inflammatoire. Jusqu’à présent seulement détectée dans le cannabis. Point d’ébullition : 182ºC
  • Cannflavinne B : anti-inflammatoire. Jusqu’à présent seulement détectée dans le cannabis.
  • Cannflavine C : anti-inflammatoire.
  • Kaempferol : antidépressif, anticancérigène, minimise les risques de maladies coronaires, antioxydant, antibactérien, antiviral.
  • Lutéoline : antioxydant, anti-inflammatoire, antibiotique, anticancérigène.
  • Orientine : antioxydant, anti-inflammatoire, antibiotique, anticancérigène.
  • Quercétine : antiviral, antimutagène, antihistaminique, antioxydant, anti-inflammatoire, usage possible pour les fibromyalgies, IMAO (inhibiteur de la monoamine-oxydase). Point d’ébullition : 250ºC.
  • Sylimarine : antiviral, antioxydant.
  • β-sitosterol : anti-inflammatoire, anticancérigène, antialopécique. Point d’ébullition : 134ºC.
  • Vitexine et Isovitexine : Pourraient être utilisés dans le traitement de la goutte, anticancérigène.

La plupart de ces flavonoïdesetanthocyanes peuvent opérer en synergie avec les cannabinoïdes et les terpènes du cannabis, augmentant leurs effets en fonctionnant ensemble. Autrement dit, les cannabinoïdes, les terpènes et les flavonoïdes aux effets anti-inflammatoires augmenteront par synergie leurs effets thérapeutiques.

Certains flavonoïdes inhibent plusieurs enzymes hépatiques et pourraient influencer la pharmacocinétique du THC dans le foie et, de fait, la perception de l’effet du cannabis.

De l’importance de la génétique quant aux couleurs du cannabis

Il est acquis que toutes les plantes de marijuana ne développent pas une couleur pourpre pendant la floraison. Qui est l’acteur de ce changement de couleur et quelle en est la cause ? Le premier élément de réponse réside en la génétique. Les variétés de la collection The Red Familysont issues de programmes d’hybridation et d’élevage sélectif afin d’introduire et de fixer les gènes à l’origine de la coloration rouge. C’est ainsi que près de 95% des individus développeront cette caractéristique.

Notre objectif, chez Sweet Seeds®, est d’obtenir une stricte sélection de géniteurs nous permettant d’obtenir 100% des individus présentant cette coloration.

Les gènes de la variété détermineront la couleur comme l’intensité, l’arôme et la taille des têtes. L’origine de la plupart des variétés pourpres ou violettes se trouve dans des indicas, ou des hybrides à dominante indica, aux génétiques partiellement afghanes ou Kush. Leur effet est principalement relaxant et narcotique, caractéristique des génétiques indicas.

Chez Sweet Seeds®, nous avons utilisé une génétique aux ancêtres provenant du Chitral, une région de l’Hindou-Kush pakistanais proche de la frontière afghane, afin d’introduire le gène des fleurs rouges dans nos variétés de The Red Family. Nous travaillons désormais avec d’autres variétés à fleurs rouges afin de diversifier la piscine génétique de notre The Red Family.

De l’influence des conditions environnementales dans la couleur

Beaucoup de variétés développent des tons pourpres dans certaines conditions climatiques, particulièrement lorsque les températures nocturnes sont basses. Une fin d’été fraîche engendrera des couleurs rougeâtres, pourpres ou bleues, alors que des températures plus élevées permettront aux récoltes en extérieur de conserver leur couleur verte. Lorsque le climat est froid, les plantes de cannabis produisent moins de chlorophylle (le pigment à l’origine de la couleur verte des plantes) laissant ainsi apparaître d’autres couleurs. Il y a quelques décennies, il n’existait presqu’aucune variété virant au pourpre avec des températures chaudes. Cependant, grâce à un dur labeur, les cultivateurs et les banques de graines ont pallié cette absence. L’immense majorité des individus issus de la collection The Red Family revêtent ces couleurs quelques soient les conditions de culture. Certaines variétés voient leurs feuilles les plus grandes se teinter de rouge mais, dans le cas de The Red Family, le rouge est présent des parties internes des têtes jusque dans les glandes sécrétant la résine. Les photographies macros permettent d’observer les filaments rouges qui se développent à l’intérieur des trichomes.

Les carences en éléments nutritifs peuvent également affecter la coloration des plantes. Les pétioles des feuilles (les « queues ») peuvent virer au pourpre en cas de carences en phosphore et en azote. De même, le manque de soufre provoque parfois des bandes rouges sur les troncs.

La condition première pour obtenir des têtes mauves est de cultiver une variété dont c’est la caractéristique intrinsèque. Bien que le mécanisme favorisant les fleurs rouges ne soit que partiellement connu, il est avéré que la relation entre le froid et la production d’anthocyanes par la marijuana est cruciale. De nombreuses variétés restent vertes lorsque les températures sont clémentes et prennent la couleur mauve lorsque les nuits sont froides.

La différence entre températures diurnes et nocturnes est également un facteur déterminant. Si l’amplitude thermique dépasse les 10ºC, les anthocyanes se manifesteront plus facilement. Dans le cas de variétés à couleur pourpre, comme nos The Red Family, une grande amplitude thermique intensifiera la coloration des plantes de cannabis sans en affecter la puissance. Toutefois les températures froides ont plutôt un effet négatif quant à la production de THC.

Il est crucial d’arrêter les apports d’azote lors de la deuxième partie de la floraison, puis de suspendre l’utilisation d’engrais lors des deux dernières semaines afin de s’assurer que la plante utilise toutes les réserves nutritives des feuilles et de favoriser l’apparition de tons rouges, mauves ou pourpres.

Le pH agit également sur les couleurs exprimées par les anthocyanes : le rouge sera plus intense pour une acidité plus marquée, le bleu dominera en un milieu plus alcalin. Les solutions équilibrées favoriseront le mauve et le pourpre. Le pH influencera également la quantité d’anthocyanes produites. Selon des études réalisées sur des fruits, la production augmente lors de conditions présentant un pH acide.

Bibliographie
    • Andre C. M., Larondelle Y., Evers D. (2010). Dietary antioxidants and oxidative stress from a human and plant perspective: a review. Curr. Nutr. Food Sci. 6 2–12. 10.2174/157340110790909563

    • Andre, C. M., Hausman, J.-F., & Guerriero, G. (2016). Cannabis sativa: The Plant of the Thousand and One Molecules. Frontiers in Plant Science, 7, 19.
      http://doi.org/10.3389/fpls.2016.00019
    • Andres-Lacueva, C., Shukitt-Hale, B., Galli, R. L., Jauregui, O., Lamuela-Raventos, R. M., and Joseph, J. A. (2005). Anthocyanins in aged blueberry-fed rats are found centrally and may enhance memory. Nutr Neurosci 8, 111-120.
    • Flores-Sanchez I. J., Verpoorte R. (2008). Secondary metabolism in Cannabis. Phytochem. Rev. 7 615–639.
      http://doi.org/10.1007/s11101-008-9094-4
    • G. Mazza, E. Miniati: Anthocyanins in fruits, vegetables, and grains. CRC Press, Boca Raton 1993. ISBN 0-8493-0172-6
    • McPartland J. M., Russo E. B. (2001). Cannabis and Cannabis extracts: greater than the sum of their parts? J. Cannabis Therapeut. 1 103–132.
      http://doi.org/10.1300/J175v01n03_08
    • Ross S. A., ElSohly M. A., Sultana G. N. N., Mehmedic Z., Hossain C. F., Chandra S. (2005). Flavonoid glycosides and cannabinoids from the pollen of Cannabis sativa L. Phytochem. Anal. 16 45–48.
      http://doi.org/10.1002/pca.809
    • Russo E. B. (2011). Taming THC: potential cannabis synergy and phytocannabinoid-terpenoid entourage effects. Br. J. Pharmacol. 163 1344–1364.
      http://doi.org/10.1111/j.1476-5381.2011.01238.x
    • Werz O., Seegers J., Schaible A. M., Weinigel C., Barz D., Koeberle A., et al. (2014). Cannflavins from hemp sprouts, a novel cannabinoid-free hemp food product, target microsomal prostaglandin -E2 synthase-1 and 5-lipoxygenase. Pharmanutr 2 53–60.
      http://doi.org/10.1016/j.phanu.2014.05.001
    • Zhang, Y.; Butelli, E.; De Stefano, R.; et al. (2013). "Anthocyanins Double the Shelf Life of Tomatoes by Delaying Overripening and Reducing Susceptibility to Gray Mold". Current Biology. 23 (12): 1094–100.
      http://doi.org/10.1016/j.cub.2013.04.072
Produit ajouté à la liste de souhaits
Produit ajouté au comparateur.